Ignorer les commandes du ruban
Passer au contenu principal
SharePoint
Naviguer vers le haut

mai 16  2017

Une infrastructure de données servant à étudier l’accès équitable à l’enseignement postsecondaire en Ontario

Kelly Gallagher-Mackay, de l’Université Wilfrid-Laurier

​Rapport

L’accès aux données en Ontario est incomplet et déphasé, ce qui restreint le potentiel de recherche

Bien qu’il y ait en Ontario un fort pourcentage de citoyens possédant un titre d’études postsecondaires, certains groupes demeurent sous représentés dans le système de l’enseignement supérieur. Il y a en Ontario un vaste ensemble d’information sur les facteurs qui peuvent se révéler importants dans l’élaboration de politiques et de stratégies favorisant l’accès équitable à l’enseignement supérieur, mais ces facteurs sont déphasés, incomplets et inaccessibles à la plupart des chercheurs. Dans un nouveau rapport publié par le Conseil ontarien de la qualité de l’enseignement supérieur (COQES), on constate que l’Ontario est à la traîne de plusieurs autres administrations, tant à l’étranger qu’au Canada, en ce qui touche la prestation de ressources de données permettant de bien concevoir les enjeux qui influent sur l’accès équitable.

Le numéro d’immatriculation scolaire de l’Ontario (NISO) présente une source potentielle de données ayant trait aux élèves à partir de la maternelle jusqu’à l’enseignement postsecondaire, mais l’accès à cette information est restreint. Bien que des données soient recueillies au moyen du NISO, les couplages entre les données recueillies aux niveaux élémentaire et secondaire et dans l’enseignement postsecondaire, ou entre l’information des établissements d’enseignement à propos des résultats scolaires et des programmes ou des ressources sont limités. De plus, les élèves qui suivent une formation d’apprenti ou fréquentent un collège privé d’enseignement professionnel ne sont pas suivis au moyen du NISO.

Description du projet

Le rapport Une infrastructure de données servant à étudier l’accès équitable à l’enseignement postsecondaire en Ontario s’appuie sur 35 entrevues approfondies auprès d’intervenants au gouvernement (des niveaux élémentaire, secondaire et de l’enseignement supérieur); de représentants du secteur de l’enseignement postsecondaire; à Statistique Canada; de chercheurs universitaires en éducation, en sociologie, en économie et en politiques publiques; d’experts-conseils qui se penchent sur les enjeux des politiques et de l’évaluation de l’éducation; et de fondations qui se consacrent aux enjeux de l’accès à l’enseignement postsecondaire. Les experts provenaient de l’Ontario et des autres administrations canadiennes. Les entrevues ont permis de discuter des priorités de recherche servant à éclairer les politiques de même que les données auxquelles il faut donner accès afin d’examiner cette priorité. Un examen poussé de la documentation a également eu lieu.

Constatations

À l’heure actuelle, la source de données la plus importante sur l’accès à l’enseignement supérieur est l’Enquête auprès des jeunes en transition de Statistique Canada, laquelle n’a pas fait l’objet de collecte de données depuis 2010. Toutefois, aucun des experts interviewés ne considéraient la collecte de données supplémentaires de cette enquête comme une priorité.

Malgré les demandes continues de la Commission ontarienne des droits de la personne et de la Commission de vérité et réconciliation du Canada, la collecte de données démographiques en Ontario est très restreinte. Il est recommandé dans le rapport susmentionné de recueillir l’information permettant l’identification selon la race, l’identité autochtone, l’incapacité, l’orientation ou l’identité sexuelle, le statut d’élève de première génération et d’immigrant ou de minorité visible entre établissements d’enseignement et dans l’ensemble des niveaux, de préférence rattachée au NISO.

Il est également recommandé dans ce même rapport de coupler les données de chaque élève avec les données administratives sur les programmes, lesquelles sont recueillies actuellement au moyen du Système d’information scolaire de l’Ontario, ainsi que les résultats comme les taux de diplomation ou de décrochage, l’accès à l’enseignement postsecondaire et la persévérance scolaire. Voilà qui devrait permettre de faire le suivi de l’inscription des élèves et de la participation aux programmes, ainsi que d’examiner les données sur la réussite comme les résultats des tests à l’échelle de la province, les cours menés à bien, les notes ou d’autres mesures des résultats des programmes.

Toutes ces sources de données sont d’une importance cruciale, mais il existe également un besoin en données qualitatives et d’enquête ciblées, particulièrement en ce qui touche les groupes confrontés à des obstacles complexes d’accès à l’enseignement postsecondaire.

Kelly Gallagher-Mackay, de l’Université Wilfrid-Laurier, est l’auteure du rapport Une infrastructure de données servant à étudier l’accès équitable à l’enseignement postsecondaire en Ontario.

Version imprimante​​