Ignorer les commandes du ruban
Passer au contenu principal
SharePoint
Naviguer vers le haut

octobre 14  2011

Simplification du processus de demande d’aide financière dans les établissements : Étude de cas à l’Université Brock

Higher Education Strategy Associates du Canadian Education Project

Publication complète :

Téléchargez la publication complète en .pdf

Sommaire de la recherche :

Le processus d’aide financière des établissements devrait être simplifié

Le processus de demande d’aide financière auprès d’un établissement peut être long et compliqué, exigeant souvent des étudiants de spéculer sur des détails financiers qu’ils ne connaissent peut-être pas ou dont ils sont peut-être mal à l’aise de discuter avec leur famille.  Selon un nouveau rapport publié par le Conseil ontarien de la qualité de l’enseignement supérieur de l’Ontario (COQES). Il est possible de raccourcir de 80 % le processus de demande sans en compromettre l’efficacité. 

Les auteurs de Simplification du processus de demande d’aide financière dans les établissements : Étude de cas à l’Université Brock soutiennent qu’un questionnaire simplifié réduirait le temps requis du personnel, nécessiterait moins de spéculation non éclairée de la part des étudiants relativement à leur futur revenu possible et aiderait à éliminer en grande partie le caractère intimidant d’un formulaire complexe, qui peut empêcher certaines personnes de demander une aide financière pourtant nécessaire.

Description du projet
Dans le cadre d’une série de projets de recherche demandés par le COQES et qui se penchent sur les services aux étudiants, les auteurs ont créé un formulaire calculateur de prêt qui ne comprend que cinq questions, comparativement au formulaire actuel de 25 questions utilisé par l’Université Brock. L’Université octroie actuellement une bourse d’une valeur maximale de 1 250 $ aux nouveaux étudiants qui démontrent leurs besoins financiers et a reçu plus de 600 demandes à ce titre en 2010. Les auteurs de l’étude ont utilisé les données du questionnaire de demande et y ont appliqué leur calculateur afin de déterminer l’efficacité de ce dernier.

Constatations
Dans 91 pour cent des cas, le questionnaire abrégé a produit le même taux d’admissibilité à la bourse – dans 66 cas seulement, il y a eu des différences importantes entre les deux calculateurs. Si les deux questionnaires tiennent compte du revenu parental, de la taille de la famille, du nombre de frères et de sœurs poursuivant des études postsecondaires, des conditions de vie et des ressources disponibles, le long formulaire demande également aux étudiants de spéculer sur le revenu qu’ils toucheront avant d’entrer à l’université ainsi que sur le revenu probable pendant qu’ils seront aux études. Les étudiants peuvent donc avoir à deviner quel sera leur revenu pour les 14 prochains mois – c’est ce qui peut donner des résultats qui ne représentent pas de façon exacte la situation financière réelle des étudiants.

Si la version abrégée du calculateur s’est révélée efficace par rapport au processus employé actuellement à l’Université Brock, il y a encore place à l’amélioration. Un compromis entre les deux calculateurs, tenant compte de la situation matrimoniale et du nombre de personnes à charge, peut accroître la précision du calculateur, sans pour autant accroître la complexité pour les étudiants.

Le calculateur abrégé dont il est question dans le rapport a été conçu pour répondre aux besoins spécifiques de l’Université Brock. Une comparaison directe avec les programmes d’aide fédéraux et provinciaux n’est donc pas possible. D’autres recherches pourront produire des systèmes de calcul abrégés similaires qui simplifieront ces processus complexes pour les étudiants et les aideront à comprendre et à prévoir le montant d’aide auquel ils peuvent s’attendre.

Ce document de recherche a été soumis au COQES par les Higher Education Strategy Associates du Canadian Education Project.