Ignorer les commandes du ruban
Passer au contenu principal
SharePoint
Naviguer vers le haut

juin 20  2013

Réussir malgré une incapacité : facteurs influant sur la durée des études des diplômés ayant une incapacité

Kelly L. Woods et Marjorie Cook, collège Georgian; Lindsay DeClou, COQES et Ursula McCloy

​​​Publication complète :

Publication complète

Les diplômés ayant une incapacité terminent leurs études plus tard que les autres

S’il est reconnu que les personnes handicapées font face à des entraves considérables dans l’accès aux études postsecondaires, une nouvelle étude réalisée par le Conseil ontarien de la qualité de l’enseignement supérieur révèle que, une fois inscrites, ces personnes font également face à des obstacles dans l’obtention de leurs diplômes. Le type de titre de compétence, le domaine du programme, le type d’incapacité de même que la moyenne pondérée cumulative (MPC) influent sur la période prolongée que nécessitera l’étudiant ayant une incapacité pour terminer ses études, comparativement à ses homologues n’ayant pas d’incapacité. 

Description du projet
L’article, intitulé Réussir malgré une incapacité : facteurs influant sur la durée des études des diplômés ayant une incapacité, porte sur le cheminement des étudiants ayant une incapacité et qui ont obtenu leur diplôme dans cinq collèges de l’Ontario entre 2007 et 2010. L’étude s’appuie sur les données administratives provenant des bureaux des services aux personnes handicapées dans chaque collège, afin de déterminer si les étudiants ayant une incapacité avaient nécessité davantage de temps que les étudiants n’ayant pas d’incapacité avant d’obtenir leur diplôme. On a choisi les collèges Cambrian, Conestoga, Georgian, Loyalist et Sheridan aux fins de cette étude, parce qu’ils sont situés dans cinq régions différentes en Ontario et qu’ils représentent des établissements de tailles différentes. 

L’étude traite également des facteurs qui ont influé sur leur MPC; le domaine de programme, le type de titre de compétence, de même que le type d’incapacité ayant influé sur la durée des études; on a également cherché à savoir si le recours aux services et aux mesures d’adaptation exerce une influence sur la période nécessaire avant l’obtention du diplôme.

Constatations
D’après les résultats obtenus, comparativement à un groupe semblable de diplômés n’ayant pas d’incapacité, ceux ayant une incapacité prennent un peu plus de temps à terminer leurs études. Cette constatation va de pair avec l’article Les personnes handicapées en Ontario : Taux de participation à des études postsecondaires, expérience des étudiants et résultats sur le marché du , paru récemment dans En question du COQES. Cet article constitue un résumé complet de la recherche du COQES sur les étudiants ayant une incapacité en Ontario : il porte sur leur taux de participation et d’accès, leur cheminement en période de transition et en contexte scolaire, de même que leurs résultats sur le marché du travail. 

On a également mis en corrélation la période prolongée avant l’obtention du diplôme avec l’obtention d’une MPC inférieure, ce qui semble indiquer que les étudiants ayant une incapacité éprouvent peut être de la difficulté sur le plan scolaire. Une MPC inférieure est également liée à l’inscription à un programme d’études en santé ou menant à l’obtention d’un diplôme de niveau supérieur. Les femmes et les étudiants âgés ont tendance à avoir une MPC supérieure.

Tant le domaine du programme que le type de titre de compétence influe sur la durée des études. Les diplômés ayant une incapacité et qui avaient fait des études en administration des affaires ou en santé nécessitaient davantage de temps avant d’obtenir leur diplôme, tout comme ceux ayant fait des études de niveau supérieur. Quant aux diplômés ayant une incapacité qui avaient obtenu un certificat, ils étaient moins enclins à nécessiter davantage de temps avant d’obtenir leur diplôme, puisque les exigences auxquelles satisfaire dans les programmes de certificat sont moindres. 

En ce qui concerne les diplômés ayant des déficiences psychiatriques, ils nécessiteront vraisemblablement davantage de sessions avant d’obtenir leur diplôme, comparativement au groupe de référence, aux diplômés ayant un THADA ou à ceux ayant des troubles d’apprentissage. 

La taille réduite de l’échantillon et les insuffisances dans les déclarations de certains collèges participants ont eu pour effet de restreindre l’analyse quant à savoir si les services et les mesures d’adaptation influent sur la durée des études. Toutefois, en moyenne, les élèves ayant une incapacité avaient peu recouru aux services à leur disposition. 

Conclusions
Plusieurs recommandations sont formulées dans le rapport, notamment reproduire cette étude dans d’autres provinces pour vérifier les tendances partout au Canada, de même que réaliser une étude sur les raisons pour lesquelles certains diplômés ayant une incapacité n’ont recours ni aux services, ni aux mesures d’adaptation à leur disposition. 

Réussir malgré une incapacité : facteurs influant sur la durée des études des diplômés ayant une incapacité a été rédigé par Kelly L. Woods et Marjorie Cook, collège Georgian; Lindsay DeClou, COQES et Ursula McCloy.