Ignorer les commandes du ruban
Passer au contenu principal
SharePoint
Naviguer vers le haut

mai 23  2017

Renforcer la capacité de mesurer les compétences essentielles à l’employabilité : cibler la pensée critique

Gary Kapelus, Nancy Miyagi et Valerie Scovill, Collège George Brown

​Rapport

Renforcement de la capacité en pensée critique au Collège George Brown 

Après avoir étudié pendant trois ans les compétences en pensée critique, des chercheurs du Collège George Brown ont conçu une rubrique d’évaluation et un guide afin d’aider les autres établissements d’enseignement à intégrer de façon explicite les compétences en pensée critique à leur cursus et à améliorer la cohérence de l’évaluation. 

Les auteurs de l’étude Renforcer la capacité de mesurer les compétences essentielles à l’employabilité : plein feux sur la pensée critique ont cherché à discerner des éléments mesurables de la pensée critique et à savoir si les élèves assimilent et manifestent des compétences en pensée critique dans leurs travaux de cours. L’équipe de projet a également conçu un outil générique d’évaluation de la pensée critique adaptable à n’importe quel cours donné au collège susmentionné. 

Description du projet

La méthodologie en trois phases a fait participer directement des membres du corps professoral et élèves provenant d’un vaste segment du collège; il y a eu d’abord une analyse documentaire des éléments mesurables communs de la pensée critique et des méthodes d’évaluation, puis l’élaboration de rubriques liées tout particulièrement à la pensée critique. Une fois menées à bien les consultations auprès des groupes de discussion, l’équipe du projet a mis au point une rubrique provisoire d’évaluation de la pensée critique conçue précisément pour noter les devoirs dans un cours d’anglais de niveau collégial. L’évaluation des échantillons de rédaction s’est faite par la correction à simple insu. L’équipe a ensuite élaboré une seconde version de la rubrique d’évaluation de la pensée critique qu’elle a évaluée de la même façon, au moyen de six concepts de la pensée critique et de quatre niveaux de maîtrise ou une échelle de notation (voir l’Annexe C, page 12). 

Constatations

Selon l’équipe du projet, le processus d’élaboration dirigé durant le projet peut être reproduit avec d’autres compétences essentielles à l’employabilité si des ressources sont offertes pour appuyer une telle initiative. De plus, le projet a permis d’obtenir plusieurs éclaircissements fondamentaux et de tirer des leçons à prendre en considération dans le suivi de ce projet et par les autres établissements d’enseignement qui songent à entreprendre un travail de même nature. 

L’équipe a constaté que la pensée critique n’est ni traitée, ni évaluée de façon explicite dans les cours d’anglais de niveau collégial donnés actuellement et les rubriques s’y rapportant. La qualité des compétences linguistiques en anglais des élèves et la nécessité de donner au corps professoral une formation supplémentaire pour distinguer l’évaluation de la pensée critique de l’évaluation linguistique ont compliqué l’évaluation de la pensée critique. Qui plus est, les membres du corps professoral avaient de nombreuses interprétations différentes de la pensée critique et de la façon dont celle ci peut se manifester dans les devoirs des élèves, ce qui a suscité d’importantes discussions afin de dégager un consensus au sujet des concepts particuliers à intégrer à un outil générique. Fait important, la participation du corps professoral s’est révélée cruciale dans la recension des concepts de base à la pensée critique à enseigner, à exercer et à évaluer. 

De plus, l’équipe de projet s’est rendu compte de l’absence d’avantages résultant de l’élaboration d’un outil d’évaluation en tant que tel, sauf si tous les éléments à évaluer sont clairement intégrés au cursus. Le corps professoral a reconnu l’importance de discerner et de traiter de façon délibérée et explicite la pensée critique chez les élèves afin d’accroître leur prise de conscience globale de la pensée critique et des avantages liés à l’acquisition des aptitudes essentielles s’y rapportant. 

« Nous avons discerné un ensemble de base de concepts de la pensée critique, ancrés dans la documentation et qui, selon le corps professoral du collège, sont les plus pertinents », d’après les auteurs de la rubrique sur la pensée critique qui, du même souffle, font remarquer qu’il s’agit d’un point de départ utile quant à une évaluation cohérente des aptitudes en pensée critique chez les élèves à l’échelle du cursus. « Le rehaussement de la fiabilité de la rubrique est en cours d’élaboration », ajoutent ils. 

Par ailleurs, un groupe de travail issu du corps professoral a intégré la rubrique de pensée critique à certains cours des programmes généraux d’éducation et d’arts libéraux. Les expériences menées par ce groupe sont à la base du guide Learning, Teaching and Assessment — A Teacher’s Handbook ​ (en anglais seulement).

Dans l’ensemble, le projet a été conçu « comme catalyseur d’un processus de croissance à déployer, axé sur la collaboration et l’intégration, auquel participe un groupe représentatif de bénévoles du corps professoral et qui est propice à d’importants changements dans le cursus et les pratiques pédagogiques », d’affirmer les auteurs. 

Les auteurs de l’étude Renforcer la capacité de mesurer les compétences essentielles à l’employabilité : plein feux sur la pensée critique sont Gary Kapelus, Nancy Miyagi et Valerie Scovill, du Collège George Brown.

Le Collège George Brown compte parmi les sept établissements d’enseignement en Ontario qui prennent part au Consortium sur l’évaluation des résultats d’apprentissage du COQES. Chaque établissement d’enseignement met au point et dirige des outils et techniques d’évaluation, allant des portfolios électroniques aux rubriques d’analyse, qui seront adaptables à l’échelle des établissements d’enseignement à l’avenir.