Ignorer les commandes du ruban
Passer au contenu principal
SharePoint
Naviguer vers le haut

octobre 31  2013

Rapport En question no 16 Contribuer à la politique par l’analyse de la recherche courante Sont-ils à la hauteur? Des tendances inquiétantes en termes d'alphabétisation des étudiants de l'enseignement postsecondaire

Nicholas Dion et Vicky Maldonado du Conseil ontarien de la qualité de l’enseignement supérieur

Nicholas Dion et Vicky Maldonado du Conseil ontarien de la qualité de l’enseignement supérieur 

 Téléchargez la publication complète en .pdf

Des tendances inquiétantes en matière de littératie chez les étudiants de niveau postsecondaire  


Selon le nouveau rapport du Conseil ontarien de la qualité de l’enseignement supérieur (COQES), il est possible que les étudiants de l’Ontario qui prennent le chemin du collège ou de l’université n’aient pas les compétences en littératie nécessaires pour connaître du succès. « Cela tombe particulièrement mal car de solides capacités de lecture et d’écriture sont essentielles aux étudiants qui font leur entrée dans un marché du travail hautement compétitif et de plus en plus mondialisé » affirment les auteurs de Sont-ils à la hauteur? Des tendances inquiétantes en termes d'alphabétisation des étudiants de l'enseignement postsecondaire.

Description de projet
Les auteurs du document de discussion du COQEE, qui propose une synthèse de la documentation et des données sur l’alphabétisation actuelles, y compris celles rassemblées par Statistique Canada et l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), se penchent sur les résultats les plus récents de l’Enquête internationale sur l’alphabétisation des adultes (EIAA), de l’Enquête sur la littératie et les compétences des adultes (ELCA), du Programme international pour le suivi des acquis des élèves (PISA) et du Programme pour l’évaluation internationale des compétences des adultes (PEICA) pour tirer des conclusions sur les compétences des étudiants qui entreprennent des études postsecondaires. 

Conclusions
Le rapport met en lumière certaines tendances inquiétantes en matière de littératie au Canada, le manque de cohérence quant aux attentes à l’égard des étudiants de niveau secondaire qui entreprennent des études postsecondaires et les défis inhérents à une population étudiante plus diversifiée compte tenu de la plus grande variabilité de ses compétences linguistiques  et de ses divers niveaux de compétence en littératie.  

Selon l’EIAA, moins d’un quart des personnes interrogées, âgées de 18 à 65 ans, ont obtenu une note supérieure à 3, qui est considérée comme le niveau minimal de compétence. Les résultats de l’ELCA, menée plusieurs années plus tard pour assurer le suivi des conclusions de l’EIAA, n’ont montré aucune amélioration notable des capacités de lecture et d’écriture des Canadiens de ce même groupe d’âge. Les résultats les plus récents du PEICA relativement à l’alphabétisation n’indiquent aucune amélioration mais plutôt une légère diminution des notes des Canadiens aux deux extrémités de l’échelle de l’alphabétisation.   

Les résultats du PISA, qui évaluent les compétences  en lecture, en sciences et en mathématiques, indiquent que même si les étudiants qui obtiennent les notes les plus élevées à l’évaluation en lecture à l’âge de 15 ans sont plus enclins à poursuivre des études universitaires, un nombre considérable d’étudiants obtenant une note inférieure à 3 le feront également. En particulier, les collèges accueillent des étudiants représentant un bien plus large éventail de compétences linguistiques, un moins grand nombre d’entre eux se situant à l’extrémité supérieure de l’échelle des compétences et un plus grand nombre se retrouvant dans la portion intermédiaire inférieure de cette échelle.    

La recherche révèle également l’existence de normes contradictoires en matière de littératie pour ce qui est des étudiants qui entreprennent des études postsecondaires. Même si l’OCDE considère que le niveau 3 est le minimum requis pour l’obtention d’un diplôme d’études secondaires, les écoles secondaires de l’Ontario ont adopté une norme différente et les membres du corps enseignant, qui ont d’autres attentes à l’égard des détenteurs d’un diplôme d’études secondaires, ont choisi une autre norme. Selon le rapport, ce manque de clarté quant aux attentes est à l’origine de problèmes à la fois pour les étudiants et les établissements.    

Recommandations/travaux de recherche futurs
Les auteurs du rapport précisent que les établissements d’enseignement postsecondaire doivent définir la norme en matière de littératie à laquelle les étudiants doivent se conformer aux fins d’admission ou d’obtention du diplôme. Compte tenu du fait qu’un niveau approprié de littératie est le résultat fondamental d’un programme d’études postsecondaires, les collèges et les universités doivent mesurer les compétences en littératie de tous les entrants et les finissants  dans le cadre de l’évaluation globale de la réalisation des objectifs souhaités en matière d’apprentissage.

Les nouvelles données prévues du PISA offrent des possibilités de continuer à suivre les données se rapportant aux résultats en littératie. D’autres recherches pourraient porter sur l’évolution des compétences et des attentes en matière de littératie à mesure que les capacités de lecture et d’écriture se développent dans des environnements numériques. Les auteurs font remarquer que l’écart entre les attentes concernant l’obtention d’un diplôme d’études secondaires et l’admission dans des établissements d’enseignement postsecondaire mérite également d’être étudié de près.

Les auteurs du document de discussion intitulé Sont-ils à la hauteur? Des tendances inquiétantes en termes d'alphabétisation des étudiants de l'enseignement postsecondaire sont Nicholas Dion et Vicky Maldonado du Conseil ontarien de la qualité de l’enseignement supérieur.