Ignorer les commandes du ruban
Passer au contenu principal
SharePoint
Naviguer vers le haut

août 08  2017

Portfolio électronique de la réussite scolaire : points de vue des élèves, des enseignants et des employeurs sur l’intérêt que présentent les portfolios électroniques pour évaluer l’acquisition des résultats d’apprentissage relatifs à l’employabilité

Chris Hinton, Jacqueline Towell, Alexandra MacFarlane, Erica Refling, Ursula McCloy et Judith Amesbury.

Rapport

Les élèves, les enseignants et les employeurs voient le potentiel des portfolios électroniques 

Parce qu’ils assemblent un dossier numérique des compétences et des réalisations d’un élève, les portefeuilles électroniques peuvent améliorer son évaluation par les enseignants et sa capacité de clairement communiquer et d’établir des liens avec des employeurs. Mais, sont-ils efficaces? Une nouvelle étude du Conseil ontarien de la qualité de l’enseignement supérieur s’est intéressée à l’utilisation des portfolios électroniques au Collège Durham et a constaté que bien l’on en soit encore à apprendre à connaître et à utiliser ces outils numériques, les élèves, les enseignants et les employeurs en voient tous la valeur potentielle.

Les élèves les ont trouvés efficaces pour se familiariser avec les compétences essentielles et les exprimer, ainsi que pour apprendre quelle est l’importance de ces compétences sur le marché du travail. Les enseignants pour leur part ont jugé qu’ils étaient avantageux pour évaluer le travail des élèves et leur donner la possibilité de réfléchir à leur apprentissage. Les employeurs s’intéressaient à la valeur potentielle des portfolios électroniques pour améliorer le processus de recrutement, de sélection et d’embauche. Cependant, de nombreux employeurs ne connaissaient pas clairement la constitution d’un portfolio électronique et c’est principalement en raison de cette méconnaissance que ces outils ne sont pas plus largement utilisés. Les élèves doutaient de l’utilité de ces outils si les employeurs ne les connaissent pas et ne les reconnaissent pas. 

Ce projet a été financé par le Consortium sur l’évaluation des résultats d’apprentissage​, un regroupement d’établissements d’enseignement de l’Ontario qui élabore et met à l’essai des outils et des techniques d’évaluation des compétences, aussi diversifiés que les portfolios électroniques et les rubriques d’analyse, et qui devraient pouvoir être adaptés dans l’avenir à l’échelle des établissements d’enseignement. 

Description du projet

Portfolio électronique de la réussite scolaire : points de vue des élèves, des enseignants et des employeurs sur l’intérêt que présentent les portfolios électroniques pour évaluer l’acquisition des résultats d’apprentissage relatifs à l’employabilité est le fruit d’une étude en deux phases qui s’est déroulée au Collège Durham. La première phase a porté sur la mise en œuvre d’une étude exhaustive des portfolios dans quatre programmes du Collège : Promotion du conditionnement physique et de la santé, Soins infirmiers auxiliaires, Préposé aux services de soutien à la personne et Technicien en travail social. Plus de 600 élèves et enseignants ont participé au projet. Les participants ont reçu différents documents pour les aider à élaborer et à utiliser des portfolios électroniques. Après deux sessions, 224 élèves et sept membres du corps enseignant ont répondu à un sondage et participé à de petits groupes de réflexion sur les utilisations, les avantages et les problèmes des portfolios électroniques. La phase deux a examiné les perceptions des employeurs et leur utilisation des portfolios par le biais d’un sondage auquel 326 d’entre eux ont répondu. 

Constatations

Le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Formation professionnelle énonce onze résultats d’apprentissage relatifs à l’employabilité (RARE) qui sont utilisés par chaque collège de la province et qui correspondent aux résultats d’apprentissage attendus de leurs diplômés. Selon l’étude, l’utilisation de portfolios électroniques a sensibilisé les élèves aux RARE et à leur importance pour les employeurs. 

Les quatre programmes ont continué d’utiliser les portfolios une fois l’étude terminée. Les élèves qui les ont utilisés les ont trouvés utiles et la majorité était d’avis que l’on devrait activement en faire la promotion et en encourager l’utilisation sans toutefois les rendre obligatoires. Les élèves ont proposé d’intégrer les portfolios à certains aspects du programme d’études, des services aux élèves et des activités sur le campus, ainsi que de les lier à l’apprentissage expérientiel et intégré au travail. Cependant, ils ont souligné la nécessité d’une formation continue sur l’utilisation de ce type d’outils numériques, un aspect que les enseignants ont également mentionné comme susceptible de rendre difficile une utilisation élargie. 

Un peu plus de la moitié des employeurs qui ont répondu au sondage ont dit utiliser des portfolios électroniques, bien que les définitions de portfolio et les distinctions entre eux et d’autres outils numériques n’aient pas été toujours évidentes pour eux. La principale raison fournie par ceux qui ne les utilisaient pas était qu’ils ne les connaissaient pas bien; cependant; 65 % ont déclaré qu’ils envisageraient les utiliser à l’avenir. 

Le rapport Portfolio électronique de la réussite scolaire : points de vue des élèves, des enseignants et des employeurs sur l’intérêt que présentent les portfolios électroniques pour évaluer l’acquisition des résultats d’apprentissage relatifs à l’employabilité est rédigé par Chris Hinton, Jacqueline Towell, Alexandra MacFarlane, Erica Refling, Ursula McCloy et Judith Amesbury.