Ignorer les commandes du ruban
Passer au contenu principal
SharePoint
Naviguer vers le haut

août 13  2013

Les stratégies d’apprentissage actif dans le cours d'initiation à la comptabilité générale

Barb Bloemhof et Julia Christensen Hughes de l'Université de Guelph

Publication complète

Le suivi de la participation étudiante peut contribuer à régler les « problèmes de première année »

Les cours de base de première année initient bon nombre d'étudiants provenant de divers milieux à de la nouvelle matière et à un nouveau milieu d'apprentissage. Pour les chargés de cours et les administrateurs, la portée de ces cours et le nombre d'étudiants en classe posent des défis relativement à la participation, à la persévérance scolaire et à la réussite des étudiants, défis désignés parfois de « problèmes de première année ». Une nouvelle étude publiée par le Conseil ontarien de la qualité de l’enseignement supérieur révèle que les sondages sur la participation étudiante peuvent fournir des renseignements utiles aux chargés de cours souhaitant améliorer l'expérience des étudiants dans les cours de base de première année.

Description de projet
L'étude Les stratégies d’apprentissage actif dans le cours d'initiation à la comptabilité générale portait sur les cours de comptabilité financière de base offerts dans quatre établissements d'enseignement uniques, c'est-à-dire une université principalement doctorale, une université polyvalente de taille moyenne, un établissement axé sur les partenariats entre universités et collèges et un collège conférant des grades universitaires. Les chercheuses ont choisi la comptabilité parce qu'il s'agit d'une discipline qui ouvre la porte à un diplôme spécialisé et qui est souvent obligatoire pour les étudiants suivant un programme de gestion des affaires. Qui plus est, la discipline retenue devait être offerte à un groupe vaste et varié d'étudiants.

Les étudiants suivant ces cours ont participé à des sondages sur la participation étudiante à la fin du cours. Les résultats ont été communiqués aux chargés de cours, qui étaient libres d'adapter les interventions existantes ou de mettre en œuvre de nouvelles interventions qu’ils jugeaient nécessaires pour les prochains cours. Au nombre des changements apportés, mentionnons la réduction de la taille des groupes, la présentation de nouveaux séminaires et l'ajout de nouveaux éléments et de problèmes du monde réel aux cours magistraux. Les étudiants des cours subséquents participaient ensuite à des sondages visant à mesurer l'efficacité des interventions. Des groupes de discussion ont également été organisés pour obtenir des commentaires plus ciblés sur l'expérience vécue par les étudiants suivant le cours.

Contestations
La constatation la plus fréquente se rapporte à l'importance des activités qui encouragent la résolution régulière de problèmes semblables à ceux évalués pendant les examens. Un chargé de cours est allé jusqu'à diminuer l'importance du temps en salle de classe, car il était d’avis que dans la mesure où les étudiants s’exercent à résoudre des problèmes, l'endroit où ils le font n'a pas d'importance. Toutefois, les auteures de l'étude soulignent que cette méthode ne sera peut-être pas efficace dans le cas des apprenants débutants qui ont besoin de l'encouragement offert par la salle de classe.

L'inclusion d'événements actuels et de situations d'actualité s'est révélée prometteuse et bon nombre d'étudiants ont attribué leur souhait de poursuivre leurs études en comptabilité à cette technique. La tenue de discussions à la fin des classes a favorisé un certain niveau de participation des étudiants, mais n'a pas eu de répercussions importantes sur la compréhension de la matière ou les notes. Dans les quatre programmes examinés, de 70 à 85 % de la note finale repose sur des travaux et des examens à choix multiples et réponses brèves. Les auteures sont d’avis qu'une étude plus approfondie de l'élargissement de la gamme d'évaluations devrait être envisagée.

Qui plus est, les notes sont un facteur de motivation prometteur sur le plan de la participation. Par exemple, à l'université principalement doctorale, les étudiants qui participaient à des séminaires visant à discuter des problèmes obtenaient des points supplémentaires. Selon les étudiants, il s'agit d'un facteur de motivation efficace. Les étudiants croyaient également que ces points supplémentaires devraient être accordés pour les devoirs.

Le modèle d'apprentissage offert à moins grande échelle au collège conférant des grades universitaires s'est révélé particulièrement efficace pour faire participer les étudiants et mettre au point des méthodes d'apprentissage positives. Le cours comptait beaucoup plus d'évaluations autres que des examens que les cours des autres établissements. Les étudiants ont trouvé le cours plus intéressant et la matière moins difficile à assimiler.

De plus, les auteures soulignent qu'étant donné que l'enseignement et l'apprentissage représentent un domaine d'études relativement nouveau, il importe de continuer d'élaborer des outils de mesure et d'évaluation fiables. S'il est vrai que les sondages sur la participation étudiante fournissent des données précieuses, ils devraient être examinés à nouveau pour s'assurer qu'ils sont précis et utiles pour tous les environnements d'apprentissage.

​L'étude intitulée Les stratégies d’apprentissage actif dans le cours d'initiation à la comptabilité générale a été menée par Barb Bloemhof et Julia Christensen Hughes de l'Université de Guelph.