Ignorer les commandes du ruban
Passer au contenu principal
SharePoint
Naviguer vers le haut

novembre 05  2015

Les étudiants étrangers au sein du système d’éducation postsecondaire de l’Ontario, 2000-2012 : une évaluation des politiques, des populations et des processus d’intégration au marché du travail en pleine évolution

Keegan Williams, Gabriel Williams, Amy Arbuckle, Margaret Walton Roberts et Jenna Hennebry du centre de recherche sur la migration internationale (IMRC), à l’Université Wilfrid Laurier


Rapport

D'après un nouveau rapport, l'étudiant étranger moyen est de sexe masculin et fréquente le collège dans la RGT

Il ressort d'un nouveau rapport publié par le Conseil ontarien de la qualité de l'enseignement supérieur (COQES) que l'Ontario constitue la destination principale des étudiants étrangers qui viennent au Canada. Ce rapport permet de documenter le profil de l'étudiant étranger moyen, l'essor du nombre d'étudiants étrangers, les voies de passage des étudiants, leurs transitions allant du visa d'étudiant au visa de travail ainsi que leurs expériences vécues sur le marché du travail.

Les étudiants étrangers qui souhaitent s'établir en Ontario ont tendance à être de sexe masculin et à étudier davantage au collège qu'à l'université : plus de 50 % des nouveaux arrivants faisaient des études collégiales en 2012. Bien que le nombre d'étudiants étrangers fréquentant l'université ait également augmenté, celui des étudiants étrangers faisant des études collégiales s'est accru plus rapidement.

Description du projet

Le rapport intitulé Les étudiants étrangers au sein du système d'éducation postsecondaire de l'Ontario, 2000‑2012 : une évaluation des politiques, des populations et des processus d'intégration au marché du travail en pleine évolution se penche sur le nombre d'étudiants étrangers venus en Ontario entre 2000 et 2012, leur statut socioéconomique, les résultats qu'ils ont obtenus après leurs études, ainsi que les principaux changements en matière de politique à l'échelle provinciale et fédérale ayant influé sur leur immigration durant cette période‑là. Il traite des données de Citoyenneté et Immigration Canada sur les visas des étudiants étrangers, ainsi que des données de Statistique Canada à propos de l'arrivée des étudiants étrangers et de leur transition vers le marché du travail.

Constatations

De 2000 à 2012, parmi les 711 548 étudiants étrangers venus au Canada, 252 819 ont opté pour l'Ontario. Ces derniers ont pour la plupart fait leurs études à Toronto et dans les municipalités avoisinantes. En 2012, les étudiants étrangers étaient essentiellement originaires de l'Inde ou de la Chine, pendant que ceux en provenance de l'Afrique et du Moyen‑Orient affichaient une croissance remarquable. Cette situation constitue un changement par rapport aux régions d'origine de la majorité des étudiants étrangers en 2000, lesquelles étaient l'Europe de l'Ouest, la Chine et la Corée du Sud.

Au cours de cette même période, la plupart des étudiants étrangers n'ont pas travaillé hors campus, mais il y a eu une augmentation appréciable de ceux qui l'ont fait; ce phénomène est vraisemblablement attribuable aux nouveaux programmes de permis de travail, comme le permis de travail hors campus (PTHC) instauré en 2006. En 2014, on a supprimé le PTHC, de sorte que les étudiants étrangers n'ont désormais plus besoin d'un permis de travail afin de travailler hors campus. Aux yeux de l'ensemble des étudiants étrangers, il s'agit là d'un avantage considérable parce que leur intégration au pays s'en trouve facilitée.

Les étudiants étrangers ont tendance à demeurer en Ontario, une fois leurs études terminées. Plus de 75 % des étudiants étrangers ayant changé de statut de visa en 2011 sont restés en Ontario à la fin de leurs études, quoiqu'ils aient été plus nombreux à y demeurer en tant que titulaires d'un visa de travail temporaire plutôt qu'à tenter d'obtenir le statut de résident permanent.

Travaux de recherche supplémentaires

D'après les auteurs, il faut réaliser d'autres recherches pour connaître l'expérience vécue par les étudiants étrangers, apprendre ce qui leur arrive après l'obtention de leur diplôme, et savoir si les revenus touchés contrebalancent les coûts initiaux pour étudier dans un pays étranger. Un autre nouveau rapport publié par le COQES – La concurrence mondiale pour les étudiants étrangers en tant que futurs immigrants : Le rôle des universités de l'Ontario pour concrétiser les politiques gouvernementales en pratiques institutionnelles  cherche à déterminer la gamme et le type de programmes et de services à l'intention des étudiants étrangers, de même que les facteurs perçus qui facilitent ou compromettent l'accession des étudiants étrangers au marché du travail.

Par ailleurs, les auteurs font remarquer qu'il serait opportun que les futurs travaux de recherche aient comme point de mire les retombées de l'élimination du PTHC, du prolongement du permis de travail postdiplôme, et de l'instauration du système Entrée express.

Les auteurs du rapport Les étudiants étrangers au sein du système d'éducation postsecondaire de l'Ontario, 2000-2012 : une évaluation des politiques, des populations et des processus d'intégration au marché du travail en pleine évolution sont Keegan Williams, Gabriel Williams, Amy Arbuckle, Margaret Walton‑Roberts et Jenna Hennebry du centre de recherche sur la migration internationale (IMRC), à l'Université Wilfrid‑Laurier.

Version imprimante