Ignorer les commandes du ruban
Passer au contenu principal
SharePoint
Naviguer vers le haut

septembre 16  2009

L’accès à l’université et les écarts de revenu : analyse des demandes d’admission présentées par les élèves des écoles secondaires de l’Ontario

Dooley, Martin D.; Payne, A. Abigail et Robb, A. Leslie

Publication Complète:

Téléchargez la publication complète en .pdf

Sommaire de la recherche

L’accès à l’université et les écarts de revenu : analyse des demandes d’admission présentées par les élèves des écoles secondaires de l’Ontario étudie le lien entre la participation aux études postsecondaires et le revenu familial. En examinant les demandes d’admission aux universités de l’Ontario de 1995 à 2005, les auteurs ont pu établir que les étudiantes et étudiants des quartiers à faible revenu étaient 13 pour 100 moins susceptibles de s’inscrire à l’université que celles et ceux qui vivent dans des quartiers à revenu plus élevé.

Le rapport indique que les taux de demande d’admission sont légèrement plus élevés parmi les étudiants qui fréquentent les écoles catholiques, les étudiants des quartiers urbains, les étudiants qui habitent à proximité d’un établissement d’études postsecondaires et les étudiants des quartiers à forte population est-asiatique. L’étude examine aussi l’incidence des changements fondamentaux mis en œuvre dans les années 1990, y compris la suppression de la 13e année (CPO) et la déréglementation des frais de scolarité, sur les demandes d’admission à l’université.

Au sujet des auteurs

Martin D. Dooley est professeur au Département d’économie de l’Université McMaster. Il est également associé de recherche à l’Offord Centre for Child Studies.

A. Abigail Payne est professeure associée au Département d’économie de l’Université McMaster. Elle est aussi titulaire de la chaire de recherche du Canada en économie du secteur public et directrice du Public Economics Data Analysis Laboratory (PEDAL) de l’Université McMaster.

A. Leslie Robb est professeur émérite au Département d’économie de l’Université McMaster. Il a reçu le prix Harry Johnson de l’Association canadienne d’économique