Ignorer les commandes du ruban
Passer au contenu principal
SharePoint
Naviguer vers le haut

mai 25  2011

Itinéraires menant à l’université : Regard sur l’aide pédagogique offerte dans le cadre du programme Partners Niagara/Brock

Sybil Wilson, Kareen McCaughan et Stella Han

​Publication complète :

Publication complète.pdf

Sommaire de la recherche

Programmes d’accès visant à réduire les obstacles aux études postsecondaires

Les collèges et universités de l’Ontario cherchent sans cesse à améliorer l’accès et la réussite aux études postsecondaires. Leurs efforts dans ce sens visent plus particulièrement les étudiantes et étudiants qui ont de la difficulté à satisfaire aux critères d’admission ou qui sont membres de groupes traditionnellement sous représentés dans les établissements d’enseignement supérieur – y compris les personnes handicapées, les Autochtones et les personnes issues de familles à faible revenu ou sans antécédents en matière de participation aux études postsecondaires.

Le Conseil ontarien de la qualité de l’enseignement supérieur (COQES) a commandé deux recherches visant à analyser et évaluer les programmes mis en œuvre par trois établissements d’enseignement postsecondaire ontariens pour favoriser l’accès et la persévérance aux études. Bien que de nature et de portée différentes, ces programmes reflètent une même détermination à réduire les obstacles aux études supérieures et à donner aux étudiantes et étudiants à risque une première, voire une seconde, chance de réussir à de telles études. Ces recherches s’inscrivent dans le cadre d’une série de travaux sur les services aux étudiants dont la réalisation est en cours à la demande du COQES.

Description des recherches
Itinéraires menant à l’université : Regard sur l’aide pédagogique offerte dans le cadre du programme Partners Niagara/Brock évalue une collaboration entre le collège Niagara et l’université Brock axée sur les étudiantes et étudiants dont l’admission est possible « sous conditions ». Les personnes admissibles « sous conditions » sont celles qui se sont vu refuser l’admission à l’université Brock directement après la fin de leurs études secondaires parce que leurs notes n’étaient pas assez bonnes, alors que celles ci étaient proches du minimum requis. Il est recommandé à ces personnes de suivre un programme général d’un an d’arts et de sciences offert au collège Niagara, qui sert de passerelle vers l’université dans le cadre du programme de partenariat avec l’université Brock. À l’issue de leur première année d’études postsecondaires au collège Niagara dans le cadre de ce programme, qui inclut une importante composante de consultation, les personnes concernées peuvent aller étudier à l’université Brock en transférant un ou deux crédits, si leur moyenne pondérée cumulative (MPC) est suffisante.

Accès, participation, persévérance et réussite des groupes sous représentés à l’Université Ryerson analyse trois programmes d’intervention : Bridges to Ryerson, qui s’adresse aux groupes sous représentés qui seraient autrement moins susceptibles de se diriger vers l’université; le Tri-Mentoring Program, qui vient en aide aux étudiantes et étudiants de Ryerson qui sont les premiers dans leur famille à faire des études, qui sont issus de milieux linguistiques et culturels variés ou qui font partie de familles à faible revenu, et enfin, Road to Ryerson, qui (à la manière du programme de partenariat entre le collège Niagara et l’université Brock) est axé sur les étudiantes et étudiants du secondaire dont la demande d’admission à Ryerson a échoué de peu, parce qu’il leur manquait des cours prérequis ou parce que leurs notes étaient tout juste inférieures au minimum exigé.

Constatations
Les programmes examinés reposent tous sur l’élaboration de relations directes et personnelles avec les étudiantes et étudiants. Le programme de collaboration entre le collège Niagara et l’université Brock propose à ses participantes et participants des services personnalisés de conseillers internes pour tout ce qui touche les études, de même que des séances individuelles ou collectives de consultation portant sur l’estime de soi, la communication, la fixation d’objectifs et l’exploration de carrières.

Les personnes qui participent au programme Bridges to Ryerson y sont inscrites à temps partiel et bénéficient de soutiens ciblés favorisant directement ou indirectement la poursuite des études, y compris une aide financière, selon leurs besoins. Les personnes qui achèvent Bridges to Ryerson avec succès sont assurées d’être admises à l’université Ryerson. Fondé sur la notion d’entraide, le Tri-Mentoring Program place les étudiantes et étudiants dans des rôles de mentors et de protégés à toutes les étapes ou presque de leur cheminement universitaire, depuis leur orientation à l’université jusqu’à la planification de leur carrière; près de 2 000 personnes participent à ce programme.

Parfois anecdotiques et influencées par la petite taille des échantillons à l’étude, les constatations donnent néanmoins à penser que de meilleurs résultats peuvent être obtenus pour les étudiantes et étudiants à risque en forgeant avec eux des relations personnelles et durables qu’en leur proposant la participation à des activités de groupe. Il semblerait que les programmes examinés jouent davantage sur la persévérance aux études postsecondaires que sur l’amélioration des notes, et notamment qu’ils contribuent de façon remarquable à motiver les étudiantes et étudiants en surmontant leur éventuel isolement et leur possible exclusion sociale. Les témoignages les plus parlants recueillis dans le cadre de ces recherches sont peut être bien ceux des étudiantes et étudiants de Ryerson inscrits au programme Bridges to Ryerson : ils donnent un aperçu des difficultés qui confrontent les personnes sous-représentées aux études supérieures dans leur vie personnelle. Ces difficultés incluent le fait d’avoir été marginalisées à l’école, autrement dit ridiculisées ou tenues à l’écart, en raison de leur qualité d’immigrant ou de membre d’une minorité visible; d’avoir connu la pauvreté, le dysfonctionnement familial ou des mauvais traitements au foyer; d’avoir dû interrompre leur scolarité en raison de déménagements, de changements de foyer ou d’école; et enfin, d’avoir manqué d’un encadrement et d’une structure propices à l’éducation, ce qui a nui à leur planification, leur capacité de bien gérer leur temps et leur aptitude aux études et leur a valu une attitude négative vis à vis de l’éducation.

Les auteures du rapport Alternative Pathways to University Admission: An Examination of Academic Advising within the Niagara College/Brock University “Partners Program” sont Sybil Wilson, Kareen McCaughan et Stella Han. Les auteures du rapport Accès, participation, persévérance et réussite des groupes sous représentés à l’Université Ryerson sont Heather Lane Vetere, Rona Abramovitch, Sabrina Malik et Jian Guan.