Ignorer les commandes du ruban
Passer au contenu principal
SharePoint
Naviguer vers le haut

juin 16  2015

Avantages d’un programme d’expérience en première année pour les étudiantes et les étudiants à risque : Analyse de suivi quantitative

Sarah Browne et Robert Perrier, de l’Université Lakehead

Rapport

​L'Université Lakehead examine l'incidence de son programme Gateway sur la réussite des étudiants

Une nouvelle étude du Conseil ontarien de la qualité de l'enseignement supérieur (COQES) traite du programme Gateway de l'Université Lakehead, lequel a été conçu pour aider les étudiants non traditionnels – ceux qui ne satisfont pas aux conditions d'admission, mais qui ont des chances de réussite – à s'inscrire et à réussir à l'université.

Description du projet

Dans le rapport Avantages d'un programme d'expérience en première année pour les étudiantes et les étudiants à risque : Analyse de suivi quantitative, on compare les étudiants du programme Gateway des cohortes de 2007, 2008 et 2009 à un groupe témoin d'étudiants qui n'ont pas participé à ce programme, en fonction de la MPC, du taux de persévérance de la première à la deuxième année, de l'admissibilité à l'année suivante et du taux de diplomation. Il s'agit du suivi d'une étude réalisée antérieurement à l'Université Lakehead relativement à l'efficacité du programme Gateway pour aider les étudiants non traditionnels à effectuer une transition vers l'université.

Constatations

Comparativement à leurs homologues, les étudiants du programme Gateway avaient une MPC légèrement inférieure après leur première année à l'Université Lakehead.

Dans deux des trois années étudiées, le taux de persévérance de la première à la deuxième année chez les étudiants du programme Gateway était inférieur à celui du groupe témoin. Les auteurs avancent que le fait de s'appuyer sur le taux de persévérance pour comparer la réussite de ces deux groupes ne permet peut‑être pas d'établir une comparaison juste, car les étudiants du programme Gateway risquent de faire face à des obstacles supplémentaires qui influeront sur leurs décisions de retourner aux études à la deuxième année. De plus, les autres étudiants qui n'obtiennent pas la MPC nécessaire pour passer à la deuxième année sont autorisés à poursuivre leurs études tout en étant mis en probation. Pour leur part, les étudiants du programme Gateway sont déjà considérés comme en probation : s'ils n'obtiennent pas la MPC requise, ils ne peuvent retourner aux études.

L'examen de l'admissibilité à l'année suivante permet d'éliminer certains des facteurs externes qui ont un effet sur le taux de persévérance. La proportion d'étudiants du programme Gateway admissible à la deuxième année (93 % en 2008, 82 % en 2009) était alors plus forte que celles des étudiants qui avaient en fait décidé de poursuivre leurs études. Cependant, l'admissibilité à la deuxième année demeurait inférieure à celle du groupe témoin.

Les étudiants du programme Gateway montraient des MPC et un taux de persévérance inférieurs, mais ceux qui persévéraient dans leurs études révélaient des taux de diplomation semblables à leurs homologues.

Enfin, les auteurs conviennent du fait que la prudence est de mise quant aux conclusions générales tirées des données, parce que les cohortes des étudiants du programme Gateway et du groupe témoin étaient restreintes.

Les auteurs du rapport Avantages d'un programme d'expérience en première année pour les étudiantes et les étudiants à risque : Analyse de suivi quantitative sont Sarah Browne et Robert Perrier, de l'Université Lakehead.

​Version imprimante